Caroline de Monaco met Charlène à la porte au Rocher, révélations sur un pacte secret

© France Dimanche / Le point de vue

Caroline de Monaco aurait-elle mis sa belle-sœur, Charlène, à la porte au Rocher ? Retour sur ce pacte secret qui remet en cause l’avenir de la princesse au sein de la Principauté…

Caroline de Monaco, considérée comme la gardienne du Rocher aurait signé un accord secret avec son frère, le Prince Albert II. L’épouse de ce dernier, Charlène de Monaco pourrait voir sa place au Palais éjecter à la suite de ce deal confidentiel. Le point à travers cet article !

« Elle a toujours mis de l’ombre au quotidien de la Première dame… »

Dans son numéro de cette semaine, le magazine Bild donne des nouvelles de Charlène de Monaco, menacée par un soi-disant pacte secret signé par sa belle-sœur. Dans les colonnes de l’hebdomadaire, on peut lire : « Caroline a toujours été considérée comme la meilleure princesse au Rocher. Elle a toujours mis de l’ombre au quotidien de la Première dame ».

Toujours selon nos confrères, la mère de Jacques et Gabriella n’a jamais été à sa place au sein des Grimaldi. En effet, la place qui lui revient de droit en tant qu’épouse du Souverain était en partie « squattée » par l’aînée des Grimaldi. Depuis, les deux femmes ont toujours été considérées comme des ennemies. Un accord secret aurait été signé entre le Prince Albert II et la mère de Charlotte Casiraghi.

Un deal en lien avec la succession au pouvoir

Selon le magazine Bild, ce deal secret serait en rapport avec la succession au trône. Si le Prince Albert II venait à perdre la vie avant l’héritier direct (Jacques Grimaldi), et que celui-ci n’atteignait pas encore l’âge majeur, le pouvoir reviendrait à sa tante. En d’autres termes, Charlène de Monaco n’aura plus son mot à dire et ne pourra pas honorer les obligations protocolaires du Palais.

De son côté, Voici estime que la jolie blonde de 44 ans serait la plus avantagée par cet accord à 12 millions d’euros avec son mari. À l’heure actuelle, la princesse s’apprêterait à acheter une résidence en Suisse. « Albert a donné son accord. Il ne tardera pas à visiter la nouvelle maison », glisse d’ailleurs une source anonyme dans les colonnes de l’hebdomadaire.