Comment échapper à l’augmentation de la taxe foncière à Paris ?

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a récemment annoncé que la taxe foncière allait faire l’objet d’une augmentation d’ici l’année prochaine dans la capitale. Mais comment y échapper ?

Il est possible de profiter d’une exonération sur la hausse de la taxe foncière parisienne prévue pour 2023. Les propriétaires qui projettent de réaliser des travaux de réhabilitation du système thermique peuvent par exemple échapper à cette augmentation, sous certaines conditions. Le point à travers cet article !

Des travaux de réhabilitation énergétique pour éviter la taxe foncière

Alors que la crise énergétique continue à battre son plein, la Mairie de Paris a décidé de prendre une solution drastique. Dans une récente prise de parole, Anne Hidalgo a fait part d’une hausse de la taxe foncière pour les propriétaires de biens dans la capitale. Cette taxe passera ainsi de 13,5% à 20,5% d’ici 2023. Celle qui a concouru aux dernières élections présidentielles a également apporté des précisions sur les règles d’exonération.

Cette initiative aurait été prise dans le but de préserver les structures publiques. Une exonération est par ailleurs prévue pour les propriétaires qui réalisent des travaux de rénovation énergétique et celles en proie à des instabilités financières. Cette nouvelle mesure applicable jusqu’en 2026 devrait contribuer à favoriser la transformation écologique de la ville des amoureux, comme le souligne la Maire.

Quelles sont les conditions d’exonération ?

Pour justifier cette décision, Anne Hidalgo se base sur le Code des impôts. Mais pour profiter de l’exonération, il faudra remplir certaines exigences :

  • La propriété doit avoir été bâtie avant les années 90
  • Le cout des travaux doit être supérieur à 15 000 € pour les propriétaires qui ont engagé les opérations entre 2020 et 2023, avant l’instauration de cette règle
  • Le cout des travaux ne doit pas être inférieur à 10 000 € (hors main-d’œuvre) pour des opérations qui seront acquittées l’année prochaine

A titre indicatif, les travaux de réhabilitation en question peuvent inclure entre autres l’isolation des murs, des portes et fenêtres, des toitures ou plafonds. Cette mesure s’applique également sur les travaux de rénovation du système de chauffage, quelle que soit la ressource utilisée par le bénéficiaire (solaire, pompe, biomasse, bois…).