Elle offre son rein pour sauver son supérieur et se fait renvoyer comme une malpropre…

© L'actualité des faits divers

C’est la triste histoire d’une salariée qui a sacrifié son rein pour sauver la vie de son supérieur. Hélas, elle se fait renvoyer quelque temps après la greffe…

Cette salariée a vécu l’enfer à cause de sa patronne alors qu’elle avait fait d’énormes sacrifices personnels pour lui sauver la vie. La rédaction de JFD vous en dit plus dans les prochaines lignes !

Elle se fait renvoyer malgré ses sacrifices 

Alors qu’elle lui a donné son rein pour qu’elle ait la vie sauve, sa patronne la remercie en la renvoyant. C’est la triste histoire vécue par une jeune femme new-yorkaise qui croyait avoir fait bonne figure envers son employeur. Hélas, le licenciement tombe quelques mois après la greffe de rein. La jeune femme n’est cependant pas restée les bras croisés face à cette situation.

En juin 2010, alors qu’elle est divorcée et mère de deux enfants, Debbie avait décidé d’emménager en Floride pour commencer une nouvelle vie. En rendant visite à ses anciens collègues, Jackie Brucia lui fait savoir que son ancienne employée avait des problèmes de santé. Cette dernière a urgemment besoin d’un nouveau rein pour survivre.

Debbie se propose alors volontaire pour faire don de son rein. À la fin de l’année, la mère de famille décide de réintégrer l’ancienne entreprise dans laquelle elle s’est fait embaucher. La greffe de sa patronne s’est bien passée, mais quelques mois plus tard, elle lui annonce qu’elle est renvoyée. Pour Debby, le choc est total !

Aucune reconnaissance de la part de la patronne

L’employée a décidé de poursuivre son ex-employeur en justice. Dans son numéro de cette semaine, le magazine Ouest France met la lumière sur cette sombre affaire. Se sentant abusée, la principale intéressée a décidé de porter plainte pour atteinte aux droits de l’Homme à la suite des discriminations et l’injustice dont elle a été victime. À l’issue du procès, Debby Stevens pourrait empocher plusieurs millions de dollars. Les juges décideront de son sort dans le cadre de son combat contre l’employeur.