La caissière facture ses sœurs à 30 € au lieu de 3 000 € avec sa technique infaillible

© Capital

Cette caissière rusée a réussi à trouver une technique infaillible pour facturer ses sœurs 30 € au lieu de 3 000 € à la caisse. Comment a-t-elle fait ? On vous dit tout !

La caissière mosellane a été sanctionnée à du travail d’intérêt général après avoir fait payer 30 € à ses sœurs à la place de la valeur réelle de leurs achats évaluée à 3 000 €.

Arnaque au supermarché

Le supermarché où travaille cette caissière se situe à Moselle. Cette dernière a été poursuivie par ses employés pour tentative d’arnaque. En effet, elle avait profité de son rôle de caissière pour faire payer une somme inférieure à la valeur réelle des achats de ses sœurs à ces dernières en 2020. L’écart de prix a été évalué à 2 870 €. La nouvelle a été relayée par nos confrères de Républicain Lorrain.

Les deux clientes ont tenté de voler à l’hypermarché en utilisant la technologie des scannettes. Il s’agit d’un lecteur utilisé pour scanner les articles au fur et à mesure que les clients passent à la caisse. Il ne reste plus qu’à payer la somme finale. Une procédure avantageuse dans le sens où elle fait gagner du temps aux consommateurs.

Malheureusement, ce dispositif est également connu pour augmenter le risque de vol comme ce fut le cas dans ce point de vente de Thionville. Après avoir réalisé leurs courses, les deux clientes sont passées à la caisse de leur sœur. Celle-ci ne leur facturera pourtant pas la valeur réelle de leurs achats, soit 2 900,75 €. Elles vont repartir avec leur caddie plein à craquer en payant seulement 30 €.

La caissière sanctionnée

La caissière de 23 ans avait été recrutée pour travailler quatre mois au sein du magasin. Devant les tribunaux, elle explique que l’idée venait de ses sœurs avant de préciser : « Au début, je n’étais pas d’accord et j’ai fini par accepter, mais uniquement sur les produits alimentaires ». Leur stratagème est finalement tombé à l’eau puisqu’un agent de sécurité du supermarché a tout démasqué.

Les deux sœurs ont été interpellées par le vigile et les articles volés ont été récupérés. Au fil de l’enquête, il a été constaté que sur les achats de 3000 €, seuls 300 € représentaient des produits alimentaires. La principale intéressée a été condamnée à 70 h de travail d’intérêt général à défaut d’un emprisonnement de deux mois ferme.