Sept à Huit : ces propriétaires obligés de débourser 1 000 € à chaque squatteur pour qu’ils s’en aillent, la Toile sous le choc !

A la suite de la retransmission de « Sept à huit », les pratiques de certains propriétaires visant à expulser les squatteurs ont créé le buzz sur les réseaux sociaux.

Le weekend dernier, Harry Roselmack était aux commandes d’un nouvel épisode de « Sept à Huit ». Un numéro suivi par plusieurs millions de téléspectateurs sur TF1. Sur la Toile, un reportage en particulier a suscité l’indignation. Il s’intitule « chasse aux squatteurs : des propriétaires excédés ».

Cette enquête de Sept à Huit qui a choqué les internautes

Il faut dire que la situation de ces propriétaires n’est pas un cas isolé. Comme on l’apprend grâce à l’émission : « Il y aurait plusieurs milliers de procédures de délogement pratiquées chaque année par la justice française (…). Malheureusement, seul le tiers d’entre elles sont exécutées ». Un fait qui choque les téléspectateurs, remontés contre la justice. Sur Twitter, on peut lire comme commentaires : « C’est la folie ! Des personnes innocentes qui n’ont plus le droit de rentrer dans leur maison car d’autres individus s’approprient leur logement ! ».

Le reportage met également la lumière sur une agence immobilière qui profite de cette situation pour en faire un « business fructueux ». Deux associés ont décidé de monter cette entreprise en vue de déloger les squatteurs en respectant les règles en vigueur. A ce propos, la voix off du programme souligne : « Théo et Yann rachètent les maisons squattées à bas prix ». Ils procèdent ensuite au délogement, réhabilitent les maisons pour les revendre à des prix exorbitants. Selon eux, il faut environ 27 mois pour libérer une maison squattée.

Les propriétaires paient le prix fort

Pour alléger ce délai, les deux associés utilisent parfois une autre approche tout aussi légale. Elle a pour objet de remettre une somme d’argent aux squatteurs en échange de leur départ. Celle-ci s’élève à 1 000 € par personne et doit être payée cash. Notons que c’est la somme maximale autorisée par la législation.

De quoi susciter la colère des internautes : « Le mec donne 1 000 balles à chaque squatteur pour qu’il dégage. Demain je deviens squatter ! Avec 4 squats par mois, je devrais me faire une sacrée somme d’argent. Merci mon pote », souligne l’un d’entre eux, sur une note d’ironie. Et un autre de commenter : « C’est injuste, les squatteurs sont protégés à la place des propriétaires ».